13/08/2004

Et après, le vide...

C'est dingue, chaque fois que je me tape un drame ou un film qui prend aux tripes, je ne peux m'empêcher d'être cassé moralement, je vis à du 200% le film, je vis avec les personnages (quand ils sont crédibles). Oui un mec qui pleure à la fin d'un film ça existe :)
Ne reste plus que le vide et la remise en question, surtout ne jamais se faire de mal inutilement, je crois que ma sensibilité me joue des tours parfois (même souvent).
Comment rester insensible face à tant de réalités et tant d'émotions que certains cinéastes sont capacbles de transmettre, comme certains musiciens, certaines chanteuses, enfin les artistes en général.
C'est comme si on s'envolait de sa petite vie, que l'espace d'un moment le temps suspendait son emprise, comme si toutes les perspectives étaient ouvertes, comme si l'espace d'un moment nous étions libre d'être ce que nous avons au plus profond de nous même.
Ces moments là sont uniques, un bien précieux que la pensée des gens peuvent créer pour d'autres. J'en redemande, je veux ressentir toutes les émotions en l'espace d'un instant, oublier que je vis sur un monde perdu et qu'un court instant je sois moi pour l'éternité.
Merci à toutes ces personnes qui contribuent à ces précieux moments.

23:41 Écrit par merenptah | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

les larmes Je vis aussi les films intensément. Je ne mets pas à la place des héros mais de manière incompréhensible, je vis ce qu'ils vivent et donc il m'arrive de pleurer.

Écrit par : clipphil | 14/08/2004

Les commentaires sont fermés.