02/03/2006

Vide

Un brise marque la fin d'un tourment
L'air se dissipe et fait place au néant
La vie, comme toujours, reprend
Un terrible bruit, au loin, on entend

Dans le profond désespoir d'un être
On l'entend toujours clairement renaître
Parfois sous forme terriblement traître
Mais au bout du compte, toujours en maître

Cette horreur qui gèle nos propres envies
Qui fait voler en morceaux nos vies
Dans le trou noir, toujours notre ennemie
Mais dans la réalité, fidèle et chère amie

Les ténèbres enferment nos esprits
Tout ce que nous croyions acquis
Tout ce qui fait notre humble mépris
Rennaissons de notre pudique ennui

Ce que la morale engendre sans humeur
Valse tel un mur énorme de dur labeur
Profitons nous de cette mauvaise chaleur
Ecraser devient le fruit de notre peur

Le noir se porte tellement facilement
Quelle défaillance luit très fébrilement
Une lueur d'espoir jaillit sans avalement
Nous attendions cette occasion justement

Cette âme brisée, enfouie sous les gravats
Heureuse car enfin libérée de ce combat
Plus jamais aux yeux des autres ne brillera
Mais dans un ciel gris et orageux reignera

Puisse notre amour arriver au bout du chemin
Sans se retourner et surtout main dans la main
Que cet être puisse reposer et ce dès demain
Car nul doute, un grand avenir nous appartient

21:07 Écrit par merenptah | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

ki a ecrit ce texte??????????????????????????

Écrit par : nini | 11/12/2006

Moi...

Écrit par : Merenptah | 29/12/2006

Les commentaires sont fermés.